• Funambule

    Funambule

     

     

    Sur le fil aérien que la lumière occulte

    Je marche doucement. Je regarde devant.

    Mais mon poids devient lourd de tous mes pas d’avant.

    Je ne respire plus pour calmer le tumulte

     

     

    Qui me ferait tomber soudain d’un coup de vent.

    Mes proches, dérangés, me répètent : consulte !

    Mais à quoi servirait qu’un médecin m’ausculte,

    M‘abreuve de conseils et de médicaments ?

     

    Le vrai mal est ailleurs. Le discours pour le dire

    N’a pas trouvé d’oreille encline à l’écouter,

    Ni peut être entendu sans mal ni lâcheté.

     

    Me voici atteignant l’extrême pauvreté

    Où mon unique choix est à Dieu recourir

    Afin qu’il me redonne la force d’en rire.

     

    Hélène Aribaut

    9 Septembre 2004

    « DésirHôpital »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :